Marie-Christine Leblanc

J’aurais voulu être un artiste

À l’âge de 9 ans, mes professeurs de musique se sont dit que je n’y arriverais jamais.
20 ans plus tard, j’animais le 20ème anniversaire de cette dite école.

À l’âge de 12 ans, j’ai voulu entrer à l’Externat Saint-Jean-Eudes mais, mes parents n’en avaient pas les moyens. 5 ans plus tard, j’étais présidente de cette école et couronnée reine du Bal des finissants.

À l’âge de 16 ans, j’ai été refusée à l’école d’Art et technologie des médias de Jonquière. 3 ans plus tard, je complétais ma technique en recevant une bourse d’honneur.

À l’âge de 20 ans, un animateur de radio vedette m’a dit : « Tu ne seras jamais en ondes, oublie le projet » 7 ans plus tard, il me recevait comme invitée dans son émission du retour pour me parler de ma propre émission sur les ondes de TVA.

À l’âge de 21 ans, mon cellulaire a sonné. Au bout du fil on a demandé « Marie-Christine svp » C’était René Angélil qui retournait mes centaines d’appels. C’est à ce moment que j’ai su que ma carrière était lancée.

Bien que Diane Dufresne m’ait déjà dit : Vous êtes bien trop jeune, je ne peux pas répondre à vos questions, j’ai fait des entrevues avec Roger Waters, Jason Mraz, Bryan Adams, Anthony Kiedis et des centaines de personnalités québécoises. À la barre de ma propre émission depuis 7 ans sur les ondes de TVA, j’ai su me bâtir, au fil des ans, un réseau de contacts impressionnants. Dans le milieu, les gens te définissent souvent par qui tu connais et non qui tu es.

Puis, j’ai obtenu le plus grand rôle de ma vie. Celui de maman de deux enfants. Avec lui, un post-partum et des remises en question. J’ai décidé de me lancer dans le monde de l’entreprenariat. Celui de gestionnaire de famille certes mais aussi comme actionnaire dans l’entreprise Biotero. Je suis donc passée de Céline Dion….au gazon.

À 34 ans, je voulais retrouver ce front de bœuf qui m’a forgé. Laissé tomber les salles de maquillage pour montrer mon vrai visage.

Mon parcours n’a pas été sans embûches. On reconnaît la force de quelqu’un à celle qu’il a de se relever. Plusieurs fois, des gens ont tenté de me faire changer d’idée. Ils ont tenté de me convaincre que je n’étais pas faite pour ce métier. Et si c’était moi maintenant, qui avait des choses à leur apprendre ?

Si les dessous du monde culturel vous ont toujours intéressés, plusieurs anecdotes vous seront racontées. Dans cette conférence, il sera surtout question de confiance en soi, de rigueur et de persévérance.

Ma vie, sans filtre, est loin d’être une photo stagée qu’on aurait publiée sur les réseaux sociaux

AUTRES ARTISTES EXCLUSIFS